Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Présentation du Projet de loi portant reddition des comptes de la loi des finances pour l'exercice 2017

Le ministre des Finances, M. Henri YAV MULANG, a présenté mercredi au Sénat, l’économie générale du projet de loi portant reddition des comptes de la loi de finances exercice 2017.

Selon M. Henri YAV MULANG, ce rapport reprend, le cadre macro-économique ayant prévalu lors de l’élaboration de la loi en 2017. Cette loi avait été élaborée, dans un contexte marqué notamment par la signature de l’Accord global du 31 décembre 2017. La situation sociale avec l’inflation monétaire, la poursuite des mouvements armés dans les zones de conflit à l’Est du pays, et au centre ainsi que la rébellion de Kamwina Nsapu ont aussi impacté l’élaboration de cette loi.

L’exécution du budget 2017 a été marquée par la faiblesse de la réalisation des recettes internes.

Pour l’exercice 2017, les recettes dans l’ensemble ont été arrêtées à 11.524.534.948.589,00 FC.

A la clôture de l’exercice budgétaire 2017, les résultats enregistrés en recettes et en dépenses ont connu respectivement un taux de réalisation de 56,22%, soit 6.478.619.340.544,15 FC et 55,56%, soit 6.402.734.997.073,74 FC par rapport aux prévisions.

Pour la première fois, et un fait rare, en définitive l’exécution du budget 2017 s’est soldée par un excédent budgétaire, résultat d’une bonne gestion. Les taux de change et d’inflation ont aussi été stabilisés, a–t-il précisé.

L’excédent budgétaire de 75.884.343.470,41 FC résulte de la différence entre les recettes mobilisées et les dépenses effectuées. Ce projet de loi a été confié à la Commission Économique, Financière et Bonne Gouvernance pour un examen approfondi.

 

Le Cabinet du Rapporteur