Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

La problématique du secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication

Le projet de loi relatif aux Télécommunications et aux Technologies de l’information et de la communication était au centre du débat ce lundi 28 mai 2018 à la chambre haute du Parlement.

Venu défendre ce projet de loi , le Ministre de Poste, Télécommunication, et Nouvelles Technologies de l’information et de la  Communications, M. Emery OKUNDJI NDJOVU, a précisé que ce texte de loi vise à sécuriser les réseaux et infrastructures des Télécommunications et des technologies de l’information et de la communication tout en bannissant du régime spécial de l’exploitant public antinomique avec le principe du désengagement de l’Etat du secteur marchand, la rationalisation ainsi que la génération à tous les intervenants de ce secteur.

 

Le Ministre a rappelé que la loi-cadre du 16 octobre 2002 s’avère inadaptée aux impératifs, notamment de la sûreté de l’Etat, de la protection des droits des usagers et à la structure du marché. Elle présente, a-t-il dit, des lacunes qui se caractérisent notamment par la prise en compte des seuls aspects des télécommunications, ignorant ceux liés aux technologies de l’information et de la communication, y compris leurs nombreuses applications, le chevauchement de certaines compétences du Ministre ayant les télécommunications et les technologies de l’information et de la communication dans ses attributions et de l’Autorité de régulation.

Dans leurs interventions les sénateurs ont relevé le libéralisme sans verrou de ce projet de loi qui ne laisse pas l’exécutif contrôler totalement ce secteur hautement stratégique qui devrait permettre une croissance économique porteur de développement dans beaucoup des domaines de la vie nationale.

Les élus des élus ontégalementévoqué la gestion de la fibre optique qui doit absolument revenir au secteur public. Par ailleurs, lesSénateurs proposent que le Gouvernement dote à la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT), des moyens conséquents pour son fonctionnement.

Le Ministre des PTNTIC reviendra au Sénat le mercredi 30 mai pour répondre aux préoccupations des Sénateurs.

 

Le Secrétariat Technique du Rapporteur